Home> Tags > hôtel

Post about "hôtel"

Voyage, part II: Yichang et Xi’an

16 July 2011 Category :Max| Voyage 3

Yichang est une ville sympa. C’est aéré, les gens ont l’air vraiment cool, pas d’occidentaux, bref que du bonheur. Notre hôtel est plutôt bien, surtout pour le prix. Pas grand chose à visiter en revanche, et donc pas grand chose à raconter. En gros on a mangé au Pizza Hut, on est allés se coucher, on a fait quelques courses le lendemain, on on est allés à la station de bus.

 

Place de Yichang

Une place à Yichang

Le bus donc. Un bus longue-distance, avec couchettes, et grâce auquel on arrivera à Xi’an a 6h du mat’. C’est confortable. On nous a demandé trois ou quatre fois d’où on venait. J’imagine que les occidentaux prennent pas souvent ce genre de bus.

Un mec à côté de Nicolas ronflait comme j’ai jamais entendu un mec ronfler. On se demandait même s’il n’était pas en train de mourir. A priori non, il nous a emmerdé tout le trajet.

 

Nico dans le bus

En tous cas, le gars qui ronfle fait bien marrer Nico.

On a aussi vu un accident de moto. Enfin pas en live, mais on a vu deux mecs par-terre, deux motos explosées, et quelques curieux autour.

Vers 23h, Ben et moi (les autre dormaient) nous sommes aperçus que les panneaux routiers indiquaient “Xi’an 210km”, et on a commencé à s’inquiéter un peu. A raison d’ailleurs, puisque nous sommes arrivés à Xi’an à 2h du mat’, et non à 6h. Je comprends pas bien comment ils ont pu se gourer de 4h. Ca nous fait 10h de trajet au total.

Xi’an s’écrit 西安 en caractères simplifiés, et pour une fois que je sais les lire, je peux vous dire que 西 veut dire ouest, et que 安 veut dire “paix”, “sécurisé”. Comme quoi j’ai quand même appris deux-trois trucs en chinois.

On se rend à l’hôtel pour prendre une nuit de plus, et c’est avec une joie non contenue que je me glisse dans mon lit. Les chambres sont absolument géniales (j’ai même un PC à disposition). Elles me rappellent la chambre que mon père avait pris à Chongqing, sauf que celle-là nous coûte 170yuans par nuit.

Le matin je pionce un peu, pendant qu’ils vont prendre le petit déj’, et j’ai l’agréable (quoique…) surprise de voir ShaoJuan en ouvrant ma porte à 11h.

On prend un taxi, ou plutôt deux, pour se rendre à la porte sud de Xi’an. Bah la ville a de la gueule. De l’espace, de la verdure, et la muraille qui entoure la ville est impressionnante. Par contre, il y a beaucoup trop d’occidentaux.

Porte sud et Xi'an

La porte sud de Xi'an.

Place devant la porte sud

On mange en vitesse, et on monte sur les remparts de Xi’an. On se pose en attendant 18h30, histoire que le soleil tappe un peu moins. On peut assister à un petit spectacle, avec des tambours et une vingtaine de soldats qui défilent, en tenue traditionnelle.

On loue des vélos pour parcourir la muraille. Celle-ci entoure la ville, pour une longueur totale de 13,2km. Sur un vélo correct sur une route correcte c’est pas grand chose, mais sur un vélo tout pourri avec du pavage troué, c’est du sport. D’ailleurs j’ai encore mal partout.

 

Lucie et Ben

Surtout que les femmes ne sont pas d'une grande assistance.

Autour de la muraille, quelques immeubles et des parcs. C’est aéré, ça nous change de Chongqing.

Vue sur Xi'an

Temple

1h30 plus tard, il est l’heure de trouver à manger. Finalement on a trouvé un bar belge. Je sais pas comment on fait, peu importe la ville dans laquelle on va, on tombe toujours sur le bon bar.

Le lendemain (15/07/2011), on prend notre matinée peinard. C’est notamment la faute des autres, parce que moi j’étais prêt à 9h (c’est tellement rare que ça mérite d’être signalé). Enfin bon, j’en ai profité pour commencer l’article.

On part visiter la grande pagode de l’oie sauvage. C’est très aéré, des fontaines, des parcs. Franchement joli et agréable. Une demoiselle voulait une photo de moi avec ses grand-parents. Comme quoi, même avec tous les étrangers dans le coin, le roux sort toujours du lot. A propos des roux, j’en ai vu un nombre assez incroyable à Xi’an. A croire qu’ils ont tous compris qu’en Europe aucune fille voulait d’eux alors qu’en Chine c’est sexy.

Des fontaines.

La grande pagode de l'oie sauvage.

La grande pagode de l'oie sauvage.

Vue d'une avenue de Xi'an.

On visite ensuite les tours de la cloche et du tambour. On va dire “Bell tower” et “Drum tower”, ça sonne quand même nettement moins idiot. Les bâtiments ne sont pas fantastiques, mais la vue est chouette.

 

Tour de la cloche.

Tour de la cloche.

Tour du tambour.

Tour du tambour.

J’aurai profité de cette journée pour remarquer que les demoiselles de Xi’an ont plus de formes que celles de Chongqing, mais généralement un moins joli visage. Avec un peu de chance, à Beijing on aura les deux en même temps.

Samedi 16, il est temps de visiter les soldats ! Plus exactement, le mausolée de l’empereur Qin. Xi’an c’est quand même très connu pour ça, on peut pas partir sans l’avoir vu.

On prend un bus pour y aller. Ca nous a coûté 10yuans. Les cars de touriste, on nous proposait 350yuans par personne. C’est ça l’avantage d’avoir des natifs avec nous, on dépense nettement moins et on est plus immergés.

On fait une petite pause avant à … je sais plus le nom, je mettrais à jour après avoir demandé à Lucie. Pleins de jardins, de l’eau, quelques temples, c’est très agréable et reposant.

Jardin

Jardin

Les soldats c’est extrêmement touristique. La carte étudiant nous permet encore une fois de faire des économies (-50% sur chaque visite, mine de rien ça fait pas mal à la fin). Il faut d’abord marcher un bon moment, pour rentrer dans une pièce (un hall) bondée et jouer des coudes pour prendre des photos.

Soldats en terre cuite.

Soldats en terre cuite.

Il faut bien admettre que c’est très impressionnant. On est loin de simples copier/coller, chaque soldat a son propre visage, sa tenue, son identité. Il y a un sacré soucis du détail. En même temps le sculpteur qui se loupait se faisait couper la main, alors forcément, ils étaient motivés les gars.

Soldat et ânes.

Soldats en terre cuite.

En rentrant en ville, nous tentons d’obtenir les billets de train. Parait-il que ça se fait les mains dans les poches 2h avant de partir, façon “t’inquiète pas bébé”, mais le fait est que tous les billets pour demain sont vendus. Pareil à la compagnie de bus en face de la gare. Un mec nous propose un bus pas trop légal, mais nous préférons d’abord nous rendre à une deuxième compagnie de bus. Si ça peut nous éviter de mourir égorgé au bord d’une route en rase campagne, c’est toujours ça de pris. C’est bon, nous avons nos places. Nous serons donc à Beijing en temps et en heure, pour la dernière étape de notre voyage.

En attendant le prochain article, je vous invite à en apprendre plus sur les différents lieux que nous avons visités. Pour ça, le mieux c’est encore Wikipédia. Forcément on est loin de mon éloquence légendaire (pour rester modeste), mais ça donne quelques informations utiles et ça m’évite de copier/coller.

Xi’an

Tour de la cloche

Tour du tambour

Mausolée de l’empereur Qin (laissez tomber la partie sur la contestation, qu’est-ce qu’il faut pas lire comme conneries…)

Remparts de Xi’an

, , , , ,

Week-end aux sources chaudes

20 June 2011 Category :Evénements| Voyage 0

La semaine prochaine, les français commenceront à quitter la Chine. On perdra notamment deux membres importants pour notre communauté (ou en tous cas pour la communauté de ceux qui sortent), Plux et Ludo – dit l’Insomniaque. Julien part aussi, ce qui rendra les repas au shitang plus tristounets.

Afin de fêter comme il se doit leur dernier week-end Chongqingois, nous sommes allés aux sources chaudes (ou “piscine” selon Plux). C’est à 45min de route du campus, en campagne. Le trajet est nettement plus agréable qu’en ville.

Etaient présents: Francois et sa copine, Ludo et sa copine, nos deux profs de chinois ShaoJuan et JingJing, Plux, Nico et moi-même (évidemment, j’aurai un peu de mal à raconter si je n’y étais pas allé).

Le cadre est chouette: pelouse, grand lac, bâtiments pas dégueulasses. On décide de réserver l’hôtel en premier, pour augmenter nos chances d’avoir4 chambres. Il restait pile trois chambres et une suite. 3000yuans au total. Ah sinon y’a une villa à 3200 ? On peut visiter avant ? Piscine (plutôt un très grand bain), sauna, 4 chambres, 4 salles de bain. On prend.

Un petit repas bien gênant (non je ne veux pas sortir avec JingJing et elle ne veut pas de moi non plus, foutez-nous la paix) et nous filons aux bains.

C’est niquel. Tout est propre, le service est impecable. Le personnel est peut-être un peu trop insistant pour des pudiques comme nous, m’enfin une serviette autour de la taille a fait l’affaire. Il suffit de lâcher sa serviette et ses claquettes en entrant dans l’eau,  et on en récupère des tous propres à la sortie.

On retrouve les demoiselles on the other side, toutes très sexy.

L’endroit est globalement divisé en trois parties. Une piscine intérieure avec une eau autour de degrés, une piscine extérieure avec une eau autour de 33 degrés, et énormement de petits bassins pour quelques personnes, perdus au milieu des arbres et des bambous, avec une eau entre 38 et 42 degrés.

On vagabonde un peu à droite et à gauche, on fait les cons dans la grande piscine extérieure, et nous quittons l’endroit vers 1h du mat’.

Tout le monde se retrouve en peignoir à la villa, on ramène des masseuses, on finit tous à poil dans la piscine et … Non en fait c’était plutôt calme. Pour ma part j’ai même lu, c’est pour dire. J’ai encore eu droit aux trois emmerdeurs (ShaoJuan, Plux et Nico) qui tenaient absolument à c’que je pionce avec JingJing.

Rien de bien folichon le lendemain, et nous rentrons simplement au campus.

, , ,

Chengdu

28 January 2011 Category :Max| Voyage 3

C’est actuellement les grandes vacances chinoises, pour le nouvel an à venir. On s’emmerde. Le campus est désert, tous les chinois sont rentrés chez eux, les commerces sont fermés. Quelques jours passés à s’lever à 15h et à s’coucher à 5h c’est cool, mais là ça commence à bien faire.

Pour nous sortir un peu de notre morne quotidien, nous décidons d’aller visiter Chengdu. La ville est particulièrement connue pour ses pandas, et c’est qu’à 2h de train. Le groupe est composé de Ben et Lucie (sa copine), Elody, Steph’, Julien, François, Nico, Pierre-Louis et moi-même.

Nous réservons l’hôtel et le train. Première classe évidemment, à 117 yuans, autant passer un trajet agréable.

Départ lundi de bon matin. Une petite heure de bus nous amène à la gare de Chongqing. On s’attendait à du bordel, et finalement c’est plutôt bien organisé. De manière générale, les transports en commun m’ont agréablement surpris, mais j’en reparlerai plus en détails dans un autre article.

Le train est beau et très grand. C’est du Bombardier, et ça date de 2007. Les places en première sont agréable, c’est propre, on est bien posé. Rien à redire.

Le décor est vraiment surprenant, et choquant. C’est très vallonné, et on se retrouve avec une alternance de tunnels et de ponts en construction. Et quand je parle de ponts en construction, c’est pas trois misérables ponts, on doit en croiser facilement une trentaine sur tout le trajet. C’est vraiment impressionnant. Et aux pieds des énormes piliers de bétons, des rizières, des baraques de taule, des vêtements qui sèchent au bord d’une rivière. Le communisme a encore quelques failles.

La gare de Chengdu est propre aussi. Le quartier autour de la gare est grand, pas très beau et bondé. Bon, pour défendre l’esthétisme, c’est vrai que quand le ciel est gris uni, qu’il fait froid, qu’il y a du brouillard et des fines gouttelettes, on a tendance à tout trouver moche.

Gare de Chengdu

Gare de Chengdu

On marche jusqu’à l’hôtel, en se frayant un chemin dans la foule, en passant devant des vendeurs à la sauvette, et en évitant les crachats. Ben aperçoit un taudis au fond d’une ruelle, nous dit en plaisantant que l’hôtel doit être dans le coin. Ah bah oui dis donc. C’est juste à côté.

Les chambres sont clean, mais la vue est horrible.

Julien sur son lit

Julien apprécie son lit double.

La vue depuis notre chambre.

La vue depuis notre chambre.

Nous partons visiter le quartier. Bah c’est vraiment moche. On s’trouve une petite échoppe où ils font des nouilles dans du bouillon. Ca fait un peu peur (surtout pour l’hygiène), mais finalement c’était pas mauvais et personne n’a été malade.

On rentre à l’hôtel, un peu de dodo et de télé avant de manger au restau de l’hôtel à 20h. J’me prends une petite bière. Le serveur me sert ça dans un verre à vin, et comme si c’était du vin. J’avais envie d’lui gueuler “lâche ça charogne, je préfère encore boire à la bouteille”, mais il aurait de toute façon pas compris.

Les grands fêtards (Nico et moi en gros, vu que Pierre-Louis pionçait) avons pas envie de passer la soirée à l’hôtel devant la téloch’, donc nous allons demander (avec l’aide de Lucie évidemment) à la réception si y’a un bar dans le coin. 30min de taxi pour le plus proche. Ok. A priori dans le quartier y’a qu’un truc de karaoké. Bon bah on est allé se faire une petite balade finalement, et on est rentrés pour pioncer.

Réveil à 8h30, petit déj’ à l’hôtel. J’aime pas vraiment le petit déj’ chinois, mais en tous cas c’est bourratif.

Julien a utilisé les shampoings de l’hôtel, ça lui a donné une super coupe façon nid d’oiseaux, et ça sera notre fil rouge de la journée.

Julien et sa coupe.

Quel beau gosse.

Aujourd’hui nous allons visiter le Wu Hou Memorial Temple. En gros c’est un temple, les plus curieux iront se renseigner sur Google. L’architecture est sympa, le contenu un poil moins. Il fallait juste mettre Julien en queue de groupe, sinon il cachait la vue de ceux derrière lui.

Temple.

Un temple.

Y’a quelques statues, une mare avec des nénuphars qui doivent être vraiment plus jolis en fleur, mais globalement y’a pas grand chose. On va pas couper les cheveux en quatre, la matinée est plutot chiante.

Statue de Liu Bei.

Statue de Liu Bei.

Temple et nénuphars.

Temple et nénuphars.

Un bout de toiture.

L’aprem’ on est allés dans la rue touristique. C’plutôt chouette, notamment le Starbucks où Julien s’est fait un ami félin (sa coupe attire les minettes). On a croisé une échoppe de casse-têtes chinois, Julien s’est arraché les cheveux dessus. Y’avait également un vendeur de flûtes et un graveur sur grains de riz.

La rue touristique.

La rue touristique. Devinez le signe zodiacale de la nouvelle année.

Julien et le chat.

Julien et le chat. Et la main de Stéph' dont la principale occupation est d'essayer de ruiner mes photos déjà pas très belles.

On rentre a l’hotel. Dans le bus, je discute avec Julien, qui a décidément un sacré cheveux sur la langue.

La traversée de la route nous a fait dresser les cheveux sur la tête. Ils roulent vraiment comme des malades. On mange dans un restau un peu classe le soir, et le serveur persiste encore à me servir ma bière comme si c’était du pinard. On rentre à l’hôtel pour bouquiner et prendre des notes devant la télé. J’ai malheureusement pas réussi à caser le “se faire des cheveux blancs”, mais sinon je crois avoir fait à peu près le tour de toute les blagues capillaires.

Le lendemain, on hésite entre le centre ville et un autre truc touristique. C’est le coin touristique qui l’emporte, mais sans grand enthousiasme. On commence presque à regretter d’être venus, pour le moment c’pas bien fun.

La ville est nettement moins moche de ce côté. C’est plus espacé, les bâtiments sont moins laids, voir même beaux.

On fait trois pas dans une ruelle en apparence traditionnelle, sauf qu’elle a été construite y’a quelques années, et un logo rouge attire notre regard. DUVEL ! Et là ! Rochefort, Westmalle, Leffe, Chimay ! Enfin !

La rue.

Logo Duvel.

ENFIIIIIIIIIN !

Petit texte explicatif.

Après recherche, il s'avère que Michael Jackson est un écrivain qui a écrit pas mal sur la bière et le whisky. Mais sur le coup, ça nous a bien fait rire.

Des cadavres.

Je sais pas trop ce que raconte le texte en haut, mais voir "urine" et "children" dans la même phrase ça me fait peur.

Evidemment, on entre. On ne peut pas s’empêcher de verser une larme devant les verres remplis d’un divin breuvage. Chaque bière a le verre qui lui correspond (même la Kwak, et ça c’est balèze) et elles sont servies correctement. Le paradis en Chine.

Verres Duvel et Chimay.

Le repas: pizzas et carbo.

Le repas: pizzas et carbo.

Un verre de Leffe.

Nico qui regarde sa Kwak.

Yep, it's beer.

Nico et François.

Juste parce qu'ils sont tout mignons.

Elody, Steph’ et Pierre-Louis ont regretté de pas avoir été là, et donc on y retourne le soir. On visite d’abord le quartier cette fois-ci, histoire de voir quand même à quoi ça ressemble, et on tombe sur un restau français.

Restau français.

Aucune hésitation possible, on entre. On nous place au fond dans un coin tranquille, et le manager vient nous rendre visite. Quand il entend Julien parler anglais, il devine que nous sommes français, et bien qu’étant lui-même chinois, il parle plutôt bien et s’est à priori pas mal baladé en France.

Au menu:
- Du pain (!) et du beurre
- Foie gras et toasts (c’était de la mousse et pas du foie gras m’enfin c’était bon quand même)
- Soupe à l’oignon avec des toasts gratinés
- Cuisses de poulet à la diable
- Profiteroles, bananes flambées, gâteau au chocolat
- Café

J’ai malheureusement pas de photos correctes du repas, parce que c’est incroyablement difficile de prendre une photo d’une assiette blanche dans un lieu avec une lumière tamisée.

Un verre de Chardonnay.

Un verre de Chardonnay.

Le manager nous a offert un plat de frites et le café. Un bon café d’ailleurs. Rien à redire, on a bien mangé, le manager était vraiment sympa. Nico leur a joué un peu de piano. Le top du top, c’était de pouvoir payer avec la Mastercard. Première fois en Chine qu’ils l’acceptent.

On va finir la soirée au bar. Musique, ambiance sympa. Les français discutent tranquilou, les chinois dorment sur les tables ou vomissent aux toilettes. Faut dire qu’ils supportent moins bien l’alcool, alors une trappiste à 8/9% ça doit bien les taper. Je ne ferai pas de blague vaseuse sur Julien qui a pris un margarita pendant que les hommes prenaient de la bière.

Quelques bières.

Quelques bières.

On attrape deux taxis pour le retour. La soirée nous est revenue assez chère (400yuans pour moi, mais j’ai pas pris les bières les moins chères) et ça en valait vraiment la peine. J’ai jamais passé une aussi bonne journée que celle-là. Une bonne bière ça fait déjà du bien en France, alors ici, après trois mois de privation, c’est juste formidable.

Le lendemain on voulait voir les pandas avant de rentrer, mais c’était uniquement en taxi, on le sentait pas trop, donc on est plutôt allés au centre-ville. C’est plutôt impressionnant, grands immeubles, écrans géants, et y’a de tout: MacDo, KFC, Starbucks, Subway.

On rentre à l’hôtel, on prend un taxi vers la gare. Le notre a été mal informé par l’hôtel de la destination, et du coup on a dû payer un peu plus cher. M’enfin on est arrivés à bon port, et les taxis ici sont de toutes façons pas chers.

Deux heures de train, une heure de bus, nous voilà à nouveau sur le campus. Ainsi se termine notre aventure.

On retournera sûrement à Chengdu à la fin de notre année scolaire, histoire de pouvoir visiter avec du beau temps, de pouvoir prendre une bière fraîche en terrasse, et évidemment de voir les pandas.

, , , , , , , , , , ,