Home> Tags > anniversaire

Post about "anniversaire"

TT Club

8 January 2011 Category :Evénements 1

Il est 16h50, je viens de me réveiller, et je m’attaque à la narration de cette soirée au TT Club, avant que mes souvenirs ne s’effacent (déjà que là ils sont pas vraiment clairs…). Pas de photos, ça m’embêtait de trimbaler l’appareil, et j’ai plutôt bien fait puisque c’était interdit là-bas.

Tout d’abord, je replace le contexte. Nico, Ludo et Plux ont fêté nouvel an en ville avec des français d’Epitech de l’an dernier qui sont restés un peu plus longtemps que prévu en Chine. Ils étaient donc au TT Club, une boite de nuit. Le lendemain on a eu droit aux “putain les gars c’est génial blablabla blablabla”. Ludo et Nico étaient particulièrement enthousiastes et y sont donc retournés presque tous les jours depuis.

Vendredi 7 janvier, c’est l’anniversaire de Plux (re-joyeux anniversaire au passage). Tout notre petit groupe décide de s’y rendre (pour certains, l’effort était plus grand que pour d’autres), à l’exception de Elody et Steph’ partis en vacances, et de François et Flo qui sont restés avec leurs copines.

Départ à 19h10 avec le bus de l’université. On prend ensuite un taxi. Le trajet était sympa puisqu’il nous a permis de voir un peu la ville de nuit, et c’est assez chouette. Plein de lumières partout.

Après un petit repas au MacDo, direction le TT Club. La musique a l’air bien forte à l’intérieur, et un portail anti-métaux n’arrête pas de biper et d’afficher une lumière rouge chaque fois que quelqu’un passe dessous, mais ça n’a pas l’air de déranger le videur. Faut dire qu’une petit affiche précise bien que les flingues sont interdits dans la boite, aucun risque donc qu’une personne mal intentionnée en introduise un.

Une fois à l’intérieur, c’est la confirmation: la musique est forte. Au lieu de la table VIP qu’on nous avait promis, on se retrouve avec deux tables sans sièges juste à côté de l’entrée. Chacun claque 300yuans, et deux bouteilles de whisky se téléportent sur la table. Les chinois diluent tous les alcools avec du ice tea. C’est pas particulièrement mauvais avec le whisky, d’autant qu’il était très moyen. Ils diluent bien: un verre de whisky pour un bon litre et demi de ice tea. D’après Ludo, ils diluent aussi le champagne. Ca m’a fait un petit pincement au coeur quand j’ai appris ça.

J’ai jamais vu autant de jolis femmes réunies en un espace aussi confiné. Mon dieu, y’en avait pas une seule à jeter. Avec la musique, impossible de converser. Et c’est peut-être tant mieux: pour venir passer la soirée ici et aimer ça faut pas avoir inventé la poudre.

Les chinois ont des jeux à boire bizarres. J’ai absolument rien compris aux règles. Y’en a un avec des dés, et un autre où il faut exécuter une série de mouvements. Je demanderai des explications à Nico, même si je pense pas que ça me sera très utile.

Minuit, toujours pas de table VIP, le whisky-ice tea  il en faut un bon paquet pour en ressentir les effets, et  impossible de discuter. Ca commence vraiment à être très chiant. On s’est tout de même trouvé un petit abri juste à côté des toilettes où il était possible de parler sans hurler. Ben et Julien ont ensuite trouvé un petit canapé à l’étage. A partir de là c’est devenu plus agréable.

1h du mat’, on a enfin une table peinard avec des fauteuils et tout. L’alcool commence à taper (il était temps didiou) et on se retrouve sur l’estrade en train de danser. Nico a une vidéo de moi prise avec son téléphone. Au mieux on voit rien, au pire je prévois qu’il va se faire péter les rotules à coups de batte de base-ball dans un parking sombre.

4h du mat’. Y’a plus grand monde, et on se barre pour aller au MacDo. Deux BigMacs plus tard, on prend le taxi direction le campus, et à 5h et quelques du mat’, on se retrouve enfin dans nos lits.

Le matin (après-midi), gueule de bois à l’ancienne.

Globalement, je me suis fait chier. J’ai claqué 500yuans pour m’exploser les oreilles et la voix et être saoul. Ca me fait quand même un peu mal au cul. Du mal à comprendre pourquoi ça attire les gens. Enfin bon c’était la curiosité qui m’avait traîné là-bas, alors c’est sans regrets pour cette fois-ci.

, , , , , ,