Home > Max | Voyage > Voyage, part I: le bateau

Voyage, part I: le bateau

Posted on 12 July 2011 | 4 Comments »

Cette première partie raconte le voyage en bateau, de Chongqing à Yichang.

Je fais juste une petite parenthèse pour dire que la veille du départ nous étions à notre bar favori, que nous en avons profité pour revendre le synthé d’Elody, acheter de la vraie bonne bière pour le trajet, et que Nico a claqué des impros au piano avec un mec de Sesame Street (Google pour ceux qui ont jamais entendu parler de ça) à l’harmonica. C’est quand même pas rien et ça méritait d’être signalé. Fin de la parenthèse.

Samedi 9 juillet 2011, il est temps de quitter notre dortoire douillet de l’université de Chongqing. Un petit bisou d’adieu aux français restants, et zouuu.

Le matin se passe sans trop de soucis, on termine les valises, on nettoie les chambres, et on attrape un taxi vers 14h pour JieFangBei. Comme nous étions tous les quatre un peu séparés, on décide de se retrouver à un café.

Pour ma part, j’ai été un peu perdu (c’est quand même grand comme quartier) et les indications du taxi quand je lui ai demandé où était le centre ont été un peu vagues. Quoiqu’il en soit, j’étais le premier au point de rendez-vous. Là les choses ont un peu tournées différemment, et finalement on se retrouve tous à coté de l’embarcadaire pour acheter les billets (que nous avions déjà réservés évidemment).

On nous avait proposé le matin un bateau plus “occidentaux-friendly” à 100yuans de plus, que nous étions prêts à prendre malgré notre goût pour l’immersion, mais finalement il n’y avait plus de places. On se retrouve avec la 1ère classe chinoise (on aime l’immersion, mais pas la mort).

Pour se rendre au bateau, il faut descendre un bon paquet de marches (deux jours après, j’ai encore des crampes, c’est lourd les valises), et traverser des ruelles sombres et obscures.

Les chambres sur le bateau, qu’on appellera “cabines” pour ne pas insulter les chambres, sont toutes pourries. La salle de bain fait 1m carré et contient la douche, les toilettes et un lavabo. L’eau est tellement trouble que je suppose que c’est directement celle de fleuve (ceux qui ont déjà vu la gueule du Yangtze savent que c’est dégueulasse). Globalement le bateau ressemble à un vulgaire paquebot avec de la moquette.

Un mec vient proposer 400 yuans à Ben pour échanger sa cabine.

On décide de monter sur le pont pour pouvoir dire décemment au revoir à Chongqing. Ca coûte 60yuans (pour les 4jours, heureusement), ils se font pas chier.

On rencontre deux occidentaux, un couple de suisses allemands très sympas, qui sont touristes. Pour prendre un bateau “chinois” en étant touriste et sans parler un mot de chinois, il faut être sacrément courageux. Chapeau bas.

Chongqing s’est faite toute belle pour nous dire adieu, avec sa magnifique robe nocturne étincelante. De jour c’est plutôt moche, mais il faut bien reconnaître que de nuit, cette ville a de la gueule. Et puis, on s’y été quand même attachés.

On s’assied et on s’ouvre une des bières achetée pour l’occasion, et on reste là à discuter jusqu’à 10h30 (on a pas choisi, on s’est fait virer). Il est de toute façon sage d’aller dormir, il faut se lever à 6h demain, pour l’excursion à6h45.

C’est vraiment pas évident de dormir sur ce bateau. Il fait pas chaud (pour une fois), et c’est même plutôt agréable avec la fenêtre ouverte, mais les lits sont vraiment durs et il y a énormément de bruit. Les chinois sont aussi bien matinaux, et à partir de 5h, ça gueule dans les couloirs. Nous avons tous les trois dormis entre 2 et 3 heures, il y a juste Lucie qui a réussi à avoir une bonne nuit de sommeil (mais les chinois ça peut dormir n’importe où n’importe quand).

L’excursion du matin, c’est la “ghost city” de Fengdu. Quand je dis “ghost city”, il faut comprendre “ville des esprits” et pas “ville fantôme”. En gros c’est des temples.

Une tour

Une tour, d'où on a pu avoir une vue panoramique.

C’était un poil décevant, pour une raison toute bête: les chinois ne restaurent pas. Si ça devient vieux, ils rasent et reconstruisent. Ou alors ils cimentent le tout, et le bâtiment ne fait plus vieux du tout. Ca fait un peu mal au coeur quand on s’attend à voir un temple ancien, et qu’on se retrouve devant un bâtiment construit l’année dernière.

Tête de buddha

Cette tête de buddha en ciment, même pas terminée, est un bon exemple.

Les temples.

Les temples, en construction.

Lucie, Ben et Nico.

Lucie, Ben et Nico devant l'entrée d'un temple.

En revanche, le paysage est sympa. C’est plein de forêts, un peu de roche. Ca change des immondes zones portuaires aux alentours de Chongqing. Les collines qui nous entourent font presque vosgiennes.

Vue sur le fleuve.

Vue sur le fleuve, avec plein de bateaux.

Notre bateau.

Notre bateau. C'est pas Chongqing dans le fond.

Vue du pont du bateau.

Vue du pont du bateau. C'est tout vert !

L’eau du Yangtze est ignoble, et je ne parle pas que de la couleur brunâtre. Une quantité impressionnante de détritus y flotte (bouteilles, polystyrène, …)

On passe le début d’aprèm’ dans nos chambres, pour éviter les grosses chaleurs, à lire, prendre des notes pour le blog ou dormir, et nous retournons sur le pont vers 17h.

Photo de groupe.

Les deux touristes suisses et nous (nah c'est mon chapeau, je le donnerai pas).

Une chinoise, professeur d’anglais en école primaire, vient nous parler, accompagnée de sa fille qui doit avoir entre 6 et 8ans. Elle est bientôt suivie par tous les gosses du bateau, et une bonne partie des chinois sur le pont. On devient l’attraction principale. Nico semble beaucoup plaire à la gamine, surtout son nez long et un poil crochu (il était sûrement juif dans une autre vie).

Photo de groupe.

Photo de groupe.

Ben.

Ben, avec son magnifique chapeau dans le style homosexuel.

La bateau s’arrête pour la visite du soir, un temple par terrible. Encore une fois, c’est un tas de ciment en pseudo style traditionnel. Sur le chemin du retour, on s’arrête à différentes échoppes pour acheter de la bouffe à emporter. La prof’ rencontrée précédemment nous a d’ailleurs payé nos nouilles. Evidemment à 20yuans elle s’est pas ruinée, mais ça montre à nouveau, à qui était encore sceptique, que les chinois sans quand même sacrément sympas.

Paysage.

Ca change du ciel gris habituel.

On a mangé sur le pont, avec le vent sur nos visages, et on a continué de discuter encore un bon moment ici. Les discussions sont d’ailleurs assez drôles. Lucie parle chinois, anglais et un peu français, nous parlons français, anglais et un peu chinois. Du coup nous utilisons l’anglais en grande partie, mais plein de mots chinois et français viennent se glisser dans les conversations. Ca donne parfois un genre de Frenchinglish un peu bizare.

On retourne dans les chambres pour se coucher, mais je sens bien que je dormirai encore pas beaucoup. L’avantage c’est que ça sera plus facile de se lever à 6h demain matin.

 

Pas si facile finalement, puisque je me suis réveillé à 11h.

On a croisé l’endroit qui figure sur le billet de 10yuans.

Billet de 10yuans.

Billet de 10yuans.

Endroit qui figure sur le billet.

Ca ressemble quand même.

On arrive aux “petites Trois Gorges”. On change de bateau, pour en prendre un plus petit, capable de passer dans les endroits étroits.

Paysage.

Paysage

La marque très visible, à une dizaine de mètres au-dessus de l’eau, date de fin 2009, au moment où le fleuve a atteint son plus haut point.

Eau et ordures

Non non, les points blancs ne sont pas des oiseaux, mais des bouts de polystyrène.

Ville construite pour reloger les gens dont les habitations ont été inondées lors de la construction du barrage.

Ville construite pour reloger les gens dont les habitations ont été inondées lors de la construction du barrage.

Nous prenons un bateau encore plus petit (une vingtaine de personnes).

Appareil photo de Ben

Juste pour faire une figure de style artistique: une magnifique mise en abîme où on peut voir le paysage vu par l'appareil photo de Ben.

Globalement, depuis la construction du barrage, le niveau du fleuve culmine en moyenne à 100m au-dessus du précédent niveau. On est passés en bateau par des endroits qui n’avaient pas plus de 2m de flotte avant (une rivière en gros).

Nico et moi.

Nico et moi.

Le paysage est vraiment sympa par endroits, et nous avons d’ailleurs décidé d’acheter une petite île dans les environs.

Nico était un peu crevé sur le chemin du retour.

Nico dort.

Comme tous les jours depuis le départ, nous prenons à manger au bord du chemin. C’est même pas des échoppes, juste des gens avec une gamelle qui font cuir des trucs. J’ai été malade un paquet de fois en Chine, généralement en bouffant au restau, et là, aucun soucis. Et en plus, c’est bon.

Rien de passionant le soir, on se couche tôt pour le lendemain.

6h30 encore. Ce matin, nous rentrons à nouveau dans les gorges, mais sur un bateau encore plus petit. Nous marchons ensuite sur un pont flottant, puis nous montons pour obtenir une vue aérienne.

Pont

L'escalier

L'escalier. Mon vertige n'a pas aidé.

Vu sur le pont.Nous rentrons ensuite au bateau principal, et nous avons 1h pour remballer nos affaires. Nous quittons le bateau à 10h. Avec encore les crampes qui me restent, ça fait pas du bien de se trimbaler les affaires.

Nous apercevons le barrage au loin, caché par la brume.

Nous montons dans un bus, qui nous trimbale pour l’après-midi. Nous avons vu le barrage des Trois Gorges sous différent angles, et y’en a pas un seul où il est joli. C’est un monument plutôt impressionnant, mais pas esthétique pour un sou, et qui était recouvert par la brume. On l’a même pas vu faire un lâcher d’eau.

 

Le barrage

Le barrage des Trois Gorges

Les écluses adjacentes.

Les écluses adjacentes, pour les bateaux.

L'autre côté

L'autre côté.

 

Nico devant le barrage.

Nico et son sourire niais devant le barrage.

Encore deux petites heures en bus et nous sommes à Yichang. On nous informe qu’un bus longue distance se rend à Xi’an, qu’il y a des couchettes, des places libres, que c’est moins long que le train, et que ça coûte le même prix. Du coup on a pris ça, d’autant plus qu’il ne restait plus que des places assises dans le train, plus de couchettes.

L’hôtel est pas cher et très correct, on va bien en profiter.

Une croisière plutôt agréable donc, un paysage sympathique. Je regrette que l’eau soit aussi dégueulasse, j’aurais adoré me baigner. Un bon souvenir en tous cas.

Nous avons un bus à prendre demain. La suite de nos péripéties dans un prochain épisode.

» Tags: , , , ,

Comments:4

  1. Alex Reply

    11/08/23

    Hello

    Je suis en Chine en ce moment et je cherche a faire un tour sur le Yangtze. C est un peu dur de trouver des infos autres que celles concernant les bateaux President 1, 2… 6. Votre solution a l air un poil moins onereuse si je ne me trompe pas. Pourriez vous me dire le cout de ce sejour sur le Yangtse et si on peut booker les billets directement a Chongqin ?

    Merci beaucoup
    Alexandre

  2. Max Reply

    11/09/04

    On a pris les billets a Chongqing. Ca nous a coute 1400 yuans (avec les visites). Par contre il faut parler un peu chinois pour s’en sortir, c’est absolument pas pour occidentaux.


  3. 11/12/03

    Salut , j’ai des questions à te poser à propos de votre voyage merci de me contacter sur mon adresse email , now500@live.fr :)


  4. 11/12/03

    now500@live.com , je me suis trompée désolée

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>