Home> Blog Archives

Blog Archives

Joyeux Noël, partie III

27 December 2010 Category :Max 1

Bon, c’est pas tout ça mais avec ces conneries, on a toujours pas eu notre bon vieux repas de Noël français. Nous sommes à présent dimanche 25, et nous allons remédier à ce problème. Première étape: les courses. Il nous manque quelques produits (du vin notamment).

Le menu pour la soirée:

En entrée, des toasts, une salade de tomate, une de concombre, quelques crevettes et un morceau de poisson.

En plat, des pommes de terre rissolées avec du poulet dans une petite sauce aux chataîgnes.

En dessert, un gâteau des familles enduit de mousse au chocolat.

Les préparatifs commencent à 16h.

Les tomates et la ciboulette.

Pas si mal coupé nah ?

Elody s’est occupée du gateau.

Le gateau en cours de construction.

Le gateau en cours de construction.

C’est des couches de petits beurres trempés dans du café, avec entre chaque couche une pâte au chocolat blanc. Bravo à Elody.

Il est 23h, le repas est enfin prêt ! On commence par l’entrée.

L'entrée.

Ca a d'la gueule.

Dans les assiettes, des crevettes revenues dans du beurre et du vin blanc, un minuscule bout de poisson, des tomates et des concombres. Pour accompagner, une sauce au fromage blanc (yahourt à la pêche, on fait avec ce qu’on a) et au citron.

En toasts, le rose à droite c’est du saumon cuit, haché, posé sur une fine couche de beurre, et avec sur certains un petit zeste de citron. Ben et Pierre-Louis à la réalisation.

Les verts au milieu c’est une persillade, merci moi-même.

En haut c’est du thon mélangé avec de la mayonnaise au citron et à l’aneth. Bon boulot Ben.

Steph' et le vin chaud.

Steph' approuve le vin chaud.

On peut voir derrière les cheveux de Steph’ d’autres toasts mayo-oeufs. Et dans sa main, un verre de vin chaud.

Tout le monde autour de la table.

Le repas peut commencer.

Patates + poulet aux chataignes.

Vui ça a pas l'air appétissant sur la photo mais c'était super bon.

Merci à Pierre-Louis pour avoir épluché et découpé les patates, à Ben, Pierre-Louis et Flo pour les marrons, à Elody et Ben pour le découpage du poulet, et surtout à Julien, notre grand Chef (sisi avec un ‘C’ majuscule), pour la réalisation.

Après le plat principal.

Tout le monde a vidé son assiette (les légumes François !)

Du fromage.

Du fromage à tartiner.

De l'Emmental.

De l'Emmental allemand "original".

Pendant le fromage.

Pendant le fromage.

La mousse au chocolat.

Les restes de mousse au chocolat. Chapeau bas Julien !

Le gâteau.

Le gâteau une fois terminé. Les copeaux de chocolat blanc nous rappellent la neige.

Le gâteau dans le noir.

Extinction des lumières pour que Ludo puisse souffler ses bougies.

Le gâteau + la citronade.

Le gâteau une fois decoupé, et un verre de citronade maison en fond.

Encore Julien pour la citronnade, decidemment il sait tout faire.

Les bouteilles vides.

Les cadavres.

Il est 1h du mat’, le repas est terminé. Les cuistots cèdent leur place au groupe de nettoyage formé de Ludo, Flo, Steph’ et Frankois.

Merci à tout le monde, on s’est cru en France le temps d’une soirée. Spécial dédicace (sisi tavu cousain !) à Julien. Par contre on va pas le faire tous les week-ends, c’est quand même un sacré boulot.

Pour finir, je vous rappelle le message essentiel de cet article: Joyeux Noel !

, , , , , ,

Joyeux Noël, partie II

27 December 2010 Category :Culture| Max 0

Nous sommes maintenant le samedi 25. Nous organisons aujourd’hui un goûter avec quelques amis chinois et nos profs à 16h.

Levé à 11h, il y a des courses de dernière minute à faire. Pour le repas de midi, menu du pauvre avec du foie gras, du saumon et du crémant qui coule à flot. Pas crédible ? Bon bon okay…Hamburger, frites, Coca.

Nico, François et moi-même nous sommes fait asperger de mousse et de serpentins par quelques chinoises. Nico ressemblait à Double-Face dans Batman.

Retour à 14h à la piaule, il est grand temps de préparer la bouffe: pain perdu, truffes, fruits, gâteau au chocolat, vin chaud. Le tout en musique, avec Tino Rossi.

La préparation.

La préparation.

A 16h les premiers arrivent. A 17h, on pose les plats sur la table. A 17h01, Julien refait du pain perdu. Les chinois ont adoré. En même temps la plupart de leurs pâtisseries n’ont pas de goût alors ça a dû les changer. On a encore eu droit à un “mais comment ça se fait que vous n’êtes pas gros alors que vous mangez ca ?”. Les femmes sont obsédées par leur ligne.

Julien a pu donner des cours de cuisine.

Julien donne des cours de cuisine.

Julien donne des cours de cuisine.

On a également eu droit aux explications d’Ashok (notre super prof’ de software testing et d’economics) en ce qui concerne la notation des exams: “vous avez une moyenne de 75 pour le moment, je vais la monter à 90, parce que si vous avez de bonnes notes c’est que je suis un bon prof’”. Le pire c’est qu’il va sûrement le faire.

Autre joyeuse surprise de l’aprem’, les chinois ont adoré le vin chaud. On avait prévu 6 bouteilles pour deux jours, on s’était dit qu’ils n’en boiraient pas. Bah j’ai servi 4fois la prof’ de chinois. Faut admettre qu’il était bon. Comme quoi, même avec du vinaigre aux raisins fermentés on peut faire des trucs sympas.

Notre première prof' de chinois et Pierre-Louis

Notre première prof' de chinois et Sheldon...(aka Pierre-Louis).

La table

La table. Au fond, notre prof' de data mining.

Les restes.

Les restes.

Nico passe l'aspi.

Nico tire une tronche bizare et confirme que le goûter était cool.

, , , , , , ,

Joyeux Noël, partie I

25 December 2010 Category :Culture| Max 4

Un article en deux/trois parties, il y aura (j’espère) pas mal à raconter.

Tout d’abord, Noël pour les chinois c’est comme Halloween chez nous y’a quelques années (je pique la comparaison de Ludo, que le grand maître me le pardonne). Ils savent que ça existe, font quelques trucs, mais s’en foutent globalement. Ils semblent bien loin le marché de Noël strasbourgeois, les guirlandes électriques et le sapin de la place Kléber (ah bah c’est sûrement parce qu’ils sont loin). On est très chanceux que le 25 tombe un samedi, sinon on aurait eu cours.

Pour cette journée du 24, nous avons d’ailleurs un exam’ en software testing. Ca se finit vers 18h30. Direction le Shitang 3 (le restau U en gros). Ludo prend un hamburger, juste pour le fun d’en manger un le soir du 24, nous nous prenons un petit pavé de saumon+chou rapé+mayo (c’est le plus festif qu’on ait trouvé).

Ludo et son hamburger

Ludo et son hamburger

Repas du 24

Le repas du 24.

Rien de spécial n’est prévu pour la soirée. Je reste seul comme un rat crevé à coder et réviser mon chinois, pendant que Ben part en vadrouille. Ca lui aura permis d’apprendre que la coutume chinoise veut qu’on mange une pomme la veille de Noël.

Enfin minuit arrive, l’heure des cadeaux ! Pour en avoir au moins un chacun, nous avons mis nos dix noms dans un chapeau, chacun en a pioché un (et interdiction de le dévoiler). La limite était de 30yuans. Mais avant tout, il faut réveiller Ludo avec un magnifique “Joyeux Anniversaire” hurlé à tue-tête dans les couloirs du dortoir. Eh oui, ce bougre a eu la bonne idée de naître le même jour que notre saint sauveur (coïncidence ? Je ne crois pas).

Chacun dépose son présent au pied du magnifique sapin-cactus enroulé dans sa belle guirlande dorée. Après une petite photo, la distribution peut commencer.

Le sapin/cactus

Le sapin/cactus. On a au moins bon pour les aiguilles. A la mode chinoise, la photo est non-contractuelle (prise à un autre moment).)

Le papier cadeau c’est pas évident à trouver, mais l’ingénierie française a encore frappé, et Ben et moi enroulons nos cadeaux dans du papier toilette.

Alors:

  • Ludo a offert un nécessaire d’écriture Winny l’ourson à Frankois (puisque les chinoises trouvent que ce nom lui convient très bien).
Winnnyyyy

Winnnyyyy

  • Ben a offert des pistolets à fléchettes en plastoc’ à Elody.
  • Frankois a acheté une boîte de rangement à Steph’.
Elody et Steph' 'vec leurs cadeaux.

Elody et Steph' 'vec leurs cadeaux.

  • Pierre-Louis a offert un DVD de stretching a Nico.
DVD de stretching

Pfff c'est trop beauf' comme cadeau...Hum...Tu m'le prêtes ?

  • Nico a offert des nouilles et d’la sauce tomate à Ben.
Ben et ses nouilles

Way ça semble con, mais ici c'est précieux.

  • Elody m’a offert un petit couteau de poche (et un joli mot !).
Mon petit mot à moi

Je préfère le garder pour le sauciflard.

  • Julien a offert un lapinou en peluche à Flo.
Flo et son lapinou

Qu'il est Shuuuuu

  • Steph’ a acheté un lot de couteaux à Julien.
Julien et ses couteaux

Prêt pour Rambo 5, plus qu'à apprendre à cicatriser avec de la poudre de cartouche d'AK47.

  • Florian a acheté un dico chinois/français à Ludo.
Ludo et son dico

Et même un rouleau de PQ en bonus.

  • J’ai offert une boîte de Lego à Pierre-Louis.
Plux et ses legos

Plux, la pose gangsta c'est avec une liasse de billets, un flingue et des biatch, pas avec des legos.

Julien avec un flingue

Ah il manque aussi un peu de muscles pour Rambo.

Demain (samedi 25), nous organisons un petit goûter avec nos amis chinois et nos profs, et dimanche soir un repas entre français.

La suite dans la partie 2.

, , , ,

Christmas Party

18 December 2010 Category :Culture| Max 8

Le 17 décembre, les chinois ont organisé une Christmas party. Un show d’etudiants devant quelques centaines d’étudiants et les grands pontes de l’université.

Chrismas Party
La scene

Comme à chaque fois qu’ils organisent quelque chose, ils nous ont demandé de faire un petit show (danse, chant, peu importe).

Pour l’occasion, nous avons loué des costumes. Des noirs pour les chanteurs, un blanc avec queue de pie pour Nico qui allait être notre pianiste.

Les photos sont malheureusement pourries parce que mon appareil photo m’a fait défaut (quelle idée de foutre un bouton pour changer la résolution des photos à la volée…). Y’a aussi énormement d’ombres de tetes parce qu’on était derrière et que c’était pas évident de se déplacer. Merci à l’objectif et au zoom x12. Y’a essentiellement des photos de demoiselles.

Les représentations s’enchaînaient, avec un petit discours de temps en temps. Certaines étaient vraiment impressionnantes, d’autres nettement moins.

Nous avons chanté Aux Champs Elysées. Quelques photos et peut-être même une vidéo seront dispos un peu plus tard, le temps qu’on les récupère. Nous avons probablement chanté faux, mais les chinois ont adoré.

Princesse Sisi, les demoiselles étaient ravissantes

Les russes
Les russes ne se sont pas pris au sérieux, et c’était vraiment sympa

Danse
Un peu de danse sexy. Les chinoises ne sont pas frileuses.

Defilé de mode
Un defilé de mode.

Les présentateurs
Les présentateurs, un par langue. Anglais, japonais, allemand et chinois.

Nico a obtenu son achievement (être sur une photo avec plus de 5 chinoises). Il en a même deux de trop.

La demoiselle à sa droite est celle qui s’est occupée de nous pour cette soirée (répétitions, costumes, …). Elle a une voix de souris shootée à l’hélium, mais elle est gentille.

Achievement.
Success !

Et enfin les jolis français.

Nous sur scène.

La classe, c'est d'être chic dans sa manière de s'habiller. Rien de tel que d'aller chez Azédin Ahlahïa ou même de s'acheter des sous-pulls, chez Ioji Yamamoto.

, , , , , ,

“C’est du chinois pour moi”

14 December 2010 Category :Cours| Culture| Max 15

Un petit article pour parler de la langue chinoise, et plus précisément du mandarin, puisqu’il y a plusieurs langues et dialectes en Chine. C’est la langue officielle chinoise et donc celle que nous apprenons. Je vais rester concis, il s’agit pas de faire un cours de chinois, juste d’expliquer en gros comment ça marche et pourquoi c’est difficile pour nous.

Une petite carte explicative. Elle permettra en même temps à ceux qui ne savent pas où est Chongqing de se repérer.

Langues chinoises
Carte des langues chinoises

La théorie

La principale différence avec nos langues latines ou germanique, c’est l’utilisation de tons.

Nous nous servons de l’intonation pour aider à la compréhension de nos phrases. Par exemple une phrase interrogative montera à la fin, quand on s’énerve on a tendance à descendre. En mandarin, les tons s’appliquent aux mots. Il faut ainsi monter et redescendre constamment. D’autant plus que si l’intonation n’est chez nous pas nécessaire à la compréhension, en mandarin il faut pas se rater (“mǎi” veut dire acheter, “mài” veut dire vendre).

Afin de faciliter l’apprentissage du chinois, le pinyin a été crée. Ca utilise notre alphabet occidental avec des accents pour représenter les tons.

Ces tons sont au nombre de quatre, simplement appelés premier, deuxième, troisième et quatrième.

Le premier ton est représenté par un accent horizontal: ā. Il faut prononcer  cette syllabe plus haut que les autres.

Le second est le ton montant, représenté par un accent aiguë: á. A la prononciation, c’est un peu comme si on interrogeait quelqu’un (“ah ?”).

Le troisième est le ton un peu chiant, représenté par un accent circonflexe inversé: ǎ. Il faut descendre puis remonter.

Le quatrième est le ton descendant, représenté par un accent grave: à. C’est surtout ce ton qui donne l’impression que les chinois sont tout le temps énervés quand ils parlent.

Quand nous apprenons un mot, il est donc nécessaire d’apprendre le pinyin pour savoir comment le prononcer, sa traduction et son/ses caractère(s).

Pourquoi on en chie

En général, nous apprenons 40 mots par semaine. C’est un rythme extrêmement soutenu, surtout quand on a pas eu de cours normaux et d’apprentissage par coeur pendant 3/4ans. Personnellement, je bosse une dizaine d’heures par semaine en plus des cours, et j’ai tout de même du mal à suivre. Mon poignet souffre également bien, j’ai perdu l’habitude d’écrire au stylo.

L’intonation est jouable dans un domaine académique où on répète plein de fois les mots, c’est nettement plus dur quand il s’agit de composer des phrases tout en conservant les bons tons. Nous avons pu remarquer qu’en pratique les chinois se servaient beaucoup plus du contexte que des tons. A Chongqing ils ont également du mal à faire la différence entre ‘s’ et ‘sh’, c’qui est assez chiant pour les prix, sachant que 4 se dit “sì” et 10 “shí”.

Le petit truc marrant à noter c’est que nous apprenons en anglais. Nous faisons donc à chaque fois la conversion chinois => anglais => français, et même si nous sommes tous relativement à l’aise en anglais, je pense que c’est une difficulté supplémentaire.

On en vient vite à remarquer des similitudes entre les caractères, et si ça peut parfois aider à comprendre le sens, c’est le plus souvent un piège. On se retrouve très facilement avec deux caractères très similaires (à un petit trait près) mais au sens totalement différent.

Exemple:

住, zhù qui veut dire “vivre”

往, wǎng qui veut dire “vers” (direction)

On peut aussi remarquer que les deux mots ne se prononcent absolument pas de la même façon.

Et concrètement, z’en êtes où ?

Les efforts paient quand même puisque nous arrivons à déchiffrer quelques caractères par-ci par-là, et nous connaissons les bases: bonjour/au revoir/wie geht’s, nombres/prix, noms, dates, frères/soeurs, je suis francais (très important).

En tous cas j’ai l’impression d’avoir bien progressé en un mois et j’ai plus trop de doutes quant à notre capacité à parler chinois à la fin de notre voyage.

, ,